Matías Quetlas


Ciudadela, 1946

Matias Quetglas est un peintre figuratif appartenant au groupe de réalistes espagnols nés dans l’après-guerre. Il organise sa première exposition à l’âge de 18 ans dans sa ville natale. Plus tard il s’installe à Madrid où il s’inscrit à l’École des Beaux-Arts. Dans les années 70, il commence à exposer dans plusieurs villes espagnoles et européennes comme Madrid, Oviedo, Paris et Stockholm. Dans les années 80, il entreprend une série de voyages en Italie où il se familiarise avec la peinture classique et approfondit les techniques de la peinture. Le style de Quetglas dans ses premières peintures s’apparente aux différents courants du réalisme comme l’hyperréalisme, le réalisme magique et le surréalisme. Au début, les compositions sont inspirées de la figure humaine qui prend de plus en plus d’importance et qui plus tard sera un des thèmes souvent répétés.
Dans les années 80, il commence une série d’autoportraits d’un peintre et d’un modèle. Dans les dernières peintures de cette époque il est fréquent de voir le même peintre et le même modèle qui paraît être sa femme, María Antonia. De cette manière, le peintre nous introduit dans son monde à lui, sa vie à l’intérieur de l’atelier et ses différentes expériences plastiques.
La réalité immédiate est remplacée par des paysages et des modèles imaginaires où le monde de l’artiste n’est plus le sujet principal. La figure du nu féminin commence à apparaître en tant que symbole d’harmonie et de compréhension. Pour lui c’est une transposition de l’humanisme, de montrer la nature humaine au sens spirituel.
Le profil de ces figures prend un canon esthétique grec, car elles rappellent la tradition classique. Autre thème de cette époque sont les couples entrelacés telles que les œuvres Gran Escena pasional (1984) et Conversa amorosa (1985). Ainsi, la figure humaine est le medium utilisé afin de représenter les relations humaines comme la haine, l’amour et la passion. À la fin des années 80, fidèle à ce style, apparaissent fréquemment les couples sur la plage et les baigneuses qui sont aussi présentes dans les années 90. C’est alors qu’il transforme la réalité en une vision suggestive entourée d’une atmosphère métaphysique pleine d’allusions et symboles de son entourage.

Sculpture
Une étape très importante dans sa carrière commence lorsque son intérêt prononcé pour le corps humain le conduit vers la sculpture. Son style est connu pour l’exagération du volume des corps et des figures de grandes dimensions. Il définit les contours et le volume avec une grande liberté, avec comme résultat des figures aux proportions démesurées. Entre 1995 et 2005 il utilise des couleurs particulières comme le vert et le jaune. Pendent tout ce temps il réside en Italie où il finit par être influencé par la peinture de la Renaissance et la peinture baroque.
Une sculpture qui attire l’attention est le bronze Tors Mitic (1985) ainsi que Gran cap de freixe (1994) qui suivent les canons classiques. Sa dernière sculpture monumentale qu’il crée à Minorque est Talia qui se trouve à l’extérieur du Théâtre Principal de Mahón. Elle représente une figure féminine qui porte dans la main deux masques de théâtre : l’un représente la tragédie et l’autre la comédie.

Oeuvres Exposée

  • “Autorretrato”, pointe sèche sur plastique,1981. Courtoisie de l’artiste.